DIU MA2

Les conférences nocturnes

A chaque séminaire, le DIU MA2 ouvre ses portes pour une conférence ouverte à la communauté médicale, paramédicale et scientifique – et au public en général.

Ces conférences ont généralement lieu le jeudi soir à partir de 19h. Les thématiques traitées ont un rapport variable avec le thème du séminaire. Elles sont l’occasion d’inviter un conférencier renommé et de prendre de la hauteur sur les sujets traités.

Le renforcement du plan Vigipirate se traduisant par un contrôle d’identité à l’entrée du bâtiment et l’établissement de la liste des participants, les organisateurs vous prient de bien vouloir vous inscrire avant la veille de chaque conférence auprès de Laetitia Coudert. L’accès au bâtiment (pôle recherche ou pôle formation de la Faculté de Médecine de Lille, selon les dates) se fait sur présentation d’une pièce d’identité.

 

Programme des conférences


Conférence inaugurale

“Histoire des démences à travers la neuropathologie”

Pr Charles Duyckaerts, le 10 décembre 2015 à 20h

Salle des congrès du Pôle Recherche de la Faculté de Médecine de Lille

 

Charles Duyckaerts

Charles Duyckaerts, chef de service du laboratoire de Neuropathologie Raymond Escourolle, Pitié-Salpêtrière, Paris

Le professeur Charles Duyckaerts a inauguré le cycle de conférences du DIU MA2, jeudi 10 décembre 2015 à 20h. Dans son histoire très personnelle des démences à travers la neuropathologie, Charles Duyckaerts nous a initiés aux intrigues et aux grandes découvertes de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Il nous a fait visiter le laboratoire de Santiago Ramón y Cajal où les blouses sont souillées par les sels d’argents. Comment un soldat américain rescapé de l’offensive von Rundstedt est-il devenu l’acteur d’une controverse sur l’ultrastructure des dégénérescences neurofibrillaires ? Comment les Archives de pathologie de Bruxelles, journal d’anatomie pathologique de langue française, sont-elles entrées dans la postérité grâce à une brève de Jean-Pierre Brion ? Autant de questions qui ont tenu en haleine une audience fascinée.

 

 


 

 

 

Conférence nocturne du second séminaire

“La nécessaire alliance de la recherche médicale et de la recherche en sciences humaines et sociales”

Dr Fabrice Gzil, le 4 février 2016 à 20h

Amphithéâtre Multimédia du Pôle Formation de la Faculté de Médecine de Lille

 

Fabrice Gzil

Fabrice Gzil, docteur en philosophie et responsable du Pôle Études et recherche de la Fondation Médéric Alzheimer

Fabrice Gzil est docteur en philosophie et responsable du Pôle Études et recherche de la Fondation Médéric Alzheimer. Il est l’auteur, aux Presses universitaires de France, de “La maladie d’Alzheimer: Problèmes philosophiques” (2009) et de “La maladie du temps. Sur la maladie d’Alzheimer” (2014). Il a également co-dirigé avec le Professeur Emmanuel Hirsch l’ouvrage collectif intitulé: “Alzheimer, éthique et société” (érès, 2012).

Ses travaux de recherche portent, d’une part, sur l’histoire et l’épistémologie des sciences biologiques et médicales appliquées aux maladies neurodégénératives, et d’autre part sur les questions d’éthique posées par le soin, l’accompagnement et la recherche sur les troubles cognitifs liés au vieillissement.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Conférence nocturne du troisième séminaire

Button-Play-icon  “La maladie d’Alzheimer en population : un autre monde, la bonne voie ?”

Pr Jean-François Dartigues, le 17 mars 2016 à 19h30

Amphithéâtre A du Pôle Recherche de la Faculté de Médecine de Lille

 

visuel conference nocturne 170316

“Tricheur à l’as de carreau” de George de La Tour

La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées qui sont le quotidien des soignants de consultations mémoire, ne sont connues des cliniciens ou du grand public que lorsque le malade et/ou ses proches recourent aux soins. Que se passe-t-il avant ? Il est essentiel de le savoir, car c’est probablement le moment où une action thérapeutique préventive ou curative a des chances d’être efficace. Dans une maladie dominée par les troubles de mémoire et de la conscience de soi, il est illusoire de penser que les données de l’interrogatoire sur le passé sont fiables. Traquer la maladie en population bien avant le recours aux soins est donc le seul moyen de comprendre sa phase cachée. C’est ce que nous faisons depuis trente ans avec Paquid, 3C et AMI. Nous savons maintenant ce qui se passe vingt ans avant le recours aux soins, et je vais vous le raconter…

© Jean-François Dartigues / DIU MA2


 

 

 

Conférence nocturne du quatrième séminaire

Button-Play-icon “La création artistique sous l’oeil des neurosciences.”

Dr Catherine Thomas-Antérion, le 26 mai 2016 à 19h30

Amphithéâtre n°7 du Pôle Formation de la Faculté de Médecine de Lille

 

 

L’Après-midi de Mona Lisa, Vesselin Vassilev, 2007. © Vesselin Vassilev

Immergé dans le travail du peintre-graveur contemporain, Vesselin Vassilev, sur la Mona Lisa de Léonard de Vinci, qu’il représente de dos, le lecteur découvre les mécanismes cognitifs qui sous-tendent la création artistique. Catherine Thomas-Antérion montre que la fabrication d’une oeuvre murit lentement et s’effectue en plusieurs étapes : l’inspiration (qu’est ce qui fait sourire Mona ?), l’assimilation (le travail, les recherches de l’artiste, etc.), la résolution du problème et l’illumination (la solution), et enfin la fabrication elle-même (ici, la technique de la gravure). En outre, des études neuroscientifiques récentes sur le visage de Mona permettent de mettre en perspective à la fois le point de vue du spectateur et ce que le regard lui-même apporte à la théorie de l’esprit et aux échanges sociaux. Cette étude, menée comme une enquête policière avec des énigmes à résoudre — hommage à l’un des passe-temps de Léonard de Vinci —, trouve sa résolution dans les sources de l’artiste (dessins préparatoires et oeuvres choisies) sous l’angle des neurosciences et de la neuroesthétique.

Catherine Thomas-Antérion est neurologue et docteur en neuropsychologie. Elle a publié de nombreux ouvrages ou participé à des publications collectives dans ce domaine. Elle a codirigé et écrit des chapitres de l’ouvrage Neuropsychologie et art, avec le professeur Hervé Platel (2013) et est co-auteur de l’essai Les Troubles de mémoire : prévenir, accompagner (2015). Elle a publié un recueil de poèmes Aïe mes idoles ou canards exquis, illustré par Danielle Stéphane (2012). Aux Belle Lettres, on lui doit, avec le professeur Frédéric Dubas, l’ouvrage Le Sujet, son symptôme, son histoire (2013).

© Editions Klincksieck – Collection d’esthétique

© Catherine Thomas Antérion / DIU MA2


 

 

Conférence nocturne du cinquième séminaire

“Hallucinations et illusions visuelles. Une autre manière de voir.”

Docteur Gilles Fenelon, le 20 octobre 2016 à 19h30

Amphithéâtre MULTIMEDIA du Pôle Formation de la Faculté de Médecine de Lille

 

 

Etre halluciné (voir un objet là où il n’y a rien) ou illusionné (mal interpréter un objet réel) est à la portée de tout le monde, même sans recourir à des substances hallucinogènes. Les erreurs perceptives visuelles sont toutefois plus fréquentes en pathologie, en particulier dans le domaine des affections neurologiques. Les mécanismes de la perception visuelle sont complexes, mais reposent sur une idée simple : le monde extérieur ne nous est pas « donné », nous le construisons à chaque instant, à partir d’informations transmises par nos yeux à notre cerveau (« bottom-up »), mais tout autant par des processus cognitifs tels que l’attention et la mémoire (« top-down »). Les illusions et hallucinations visuelles résultent de « bugs » dans cette mécanique de précision. Nous visiterons certains d’entre eux, des plus simples jusqu’aux modèles cognitifs plus élaborés récemment proposés pour rendre compte des hallucinations au cours des affections neurodégénératives.

 

fenelon-gilles

© Dr Gilles Fenelon

 

Parcours du Dr Fenelon:

  • Neurologue, docteur en neurosciences
  • Activité clinique centrée sur la pris en charge des affections neurodégénératives, surtout les syndromes parkinsoniens
  • Activité de recherche portant principalement sur les hallucinations visuelles et leurs modèles
  • Affiliations : AP-HP, Groupe hospitalier Henri Mondor, Créteil / INSERM U955 E01, Créteil, et IEC, ENS, Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Conférence nocturne du sixième séminaire

“Prévention de la Maladie d’Alzheimer et Impact sur la Santé Publique.”

Professeur Sandrine Andrieu et Professeur Philippe Amouyel, le 26 janvier 2017 à 19h30

Amphithéâtre MULTIMEDIA du Pôle Formation de la Faculté de Médecine de Lille

 


 

Conférence nocturne du septième séminaire

“La mémoire du 13 Novembre 2015 : un programme de recherche transdisciplinaire.”

Professeur Francis Eustache, le 09 mars 2017 à 19h15

Amphithéâtre ANDRE FOURRIER du Pôle Recherche de la Faculté de Médecine de Lille

 

Professeur Francis Eustache, Caen.

Neuropsychologue de formation, Francis Eustache est Directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études et dirige, avec Béatrice Desgranges, une unité de recherche de l’Inserm à l’Université de Caen Normandie. Ses travaux portent sur la mémoire humaine et ses troubles. Il a notamment publié, avec son équipe, de nombreuses études portant sur la neuropsychologie et la neuroimagerie des maladie dégénératives du cortex cérébral (maladie d’Alzheimer, dégénérescences lobaires fronto-temporales…), en utilisant l’imagerie multimodale (IRM, TEP). Les travaux de son laboratoire portent également sur d’autres altérations de la mémoire comme les syndromes amnésiques, les amnésies fonctionnelles et le trouble de stress posttraumatique.

Avec l’historien Denis Peschanski, Francis Eustache a lancé au printemps 2016 un vaste programme de recherche transdisciplinaire et longitudinal portant sur les liens entre mémoire individuelle et mémoire collective. Ce programme, intitulé 13-Novembre, explore la construction de la mémoire de ces événements tragiques survenus en 2015 à Paris et sa proche banlieue.

La conférence présentera le contexte particulier de mise en place de ce programme de recherche, les diverses explorations proposées aux participants allant des sciences humaines et sociales aux neurosciences cognitives et à la psychopathologie, leur coordination et les premiers résultats obtenus.